Bandeau inférieur

Présentation/Introduction

Introduction

Pourquoi Pontamafrey-Montpascal ?

Deux communes que rien se semblait devoir réunir. Et pourtant...Encouragés par les textes de l’époque, les conseils municipaux des communes de Pontamafrey et de Montpascal décidèrent de créer une fusion-association signée le 21 novembre 1972.
Ce régime peu performant et relativement complexe d’un point de vue administratif n’obtint que très peu d’adhésion au niveau national.
Mais face aux difficultés croissantes d’une collectivité sans ressources, les élus de Montpascal souhaitaient vivement fusionner leur village avec une autre commune plus autonome.

Les accords entre Pontamafrey et Montpascal s’expliquent facilement car les deux populations se connaissaient déjà relativement bien : les « pacalins » (habitants de Montpascal) transitaient par Pontamafrey lorsqu’ils devaient se déplacer vers le chef-lieu de canton pour y prendre le train. Par ailleurs, une grande partie du foncier « pontin » (de Pontamafrey) affecté aux vignobles leur appartenait ainsi qu’aux habitants de Montvernier. Ils possédaient par conséquent des celliers à proximité des vignes, qui ont souvent évolué en habitation principale lors de la déprise agricole après les années soixante.

La majorité des gens de Montpascal était ainsi devenue « pontinche », expatriée à contre cœur pour des raisons de commodité, mais avec les yeux souvent dirigés vers les hauteurs de Montpascal.

Pose du panneau à Montpascal symbolisant la fusion des deux communes la 19 juin 2004

Après consultation des électeurs de Montpascal le 18 avril 1999, cette fusion-association sera transformée en fusion simple par arrêté préfectoral du 01 mars 2001.
Ainsi, la gestion communale devient plus simple, plus efficace, sans zone d’ombre dans le domaine administratif et beaucoup plus lisible pour les habitants.
Cette fusion était certainement le seul moyen d’assurer dignement et rationnellement l’avenir de Montpascal qui n’avait au moment du projet que 6 habitants recensés. La raison l’aura finalement emporté sur la passion, avec un seul bénéficiaire : Montpascal.