Bandeau inférieur

Patrimoine/l'église de Montpascal

l'église de Montpascal

Sortie d'église
Située plus en hauteur, donc plus à l’abri des mouvements destructeurs, l’église de Montpascal représente un patrimoine religieux intéressant que l’abbé Marcel Falquet, curé de Montpascal de 1940 à 1946, a remarquablement détaillé dans son ouvrage « Montpascal » édité le 16 décembre 1944 :
…« Le plus ancien document qui nous reste de l’église est un inventaire des ornements et meubles de l’église de Montpascal en date du 15 juin 1940. Il nous indique qu’il y avait à cette époque, dans l’église : un missel, un ordinaire, un graduel, trois psautiers, quatre antiphonaires, un autel de Saint Michel et un autel de Notre-Seigneur avec leurs mappes et leur couverture d’autel, une grande croix d’autel, une clochette, une cloche pour porter devant le corps du Christ, un calice d’étain et un calice d’argent avec leur patène, un corporal, deux aubes, une chasuble avec son étole et son manipule, un goupillon, et un « sillin » pour faire de l’eau bénite.


L’église de Montpascal, dans sa forme actuelle, existe depuis 1719, année où elle fut reconstruite et agrandie.
Elle fut consacrée par Mgr Valperga de Mazin en 1722. Elle le fut de nouveau, ainsi que le maître-autel, le 2 août 1761, par Mgr Philippe de Martiniana. Au cours des années précédentes elle avait reçu de notables réparations et embellissements grâce à l’initiative de Rd Milleret, curé.

Le maître-autel actuel, avec son rétable, a été construit en 1834, puis réparé en 1869 par Gilardi. Il remplace un rétable construit en 1749 par André Bertrand, maître-sculpteur de la paroisse d’Avrieux. Ce dernier remplaçait un rétable fait en 1686 par Joseph Amabert, maître-doreur et peintre de Bramans. Dans le tableau du maître-autel il fut décidé qu’on mettrait Notre-Seigneur, Notre-Dame, Saint François de Sales, Saint Sébastien, Saint Roch, Saint Dominique. Ce tableau se trouve actuellement aux tribunes.

En 1869 Gilardi reconstruisit en partie le maître-autel. On fit le tableau du Sacré-cœur en haut de l’autel, les statues de Sainte Barbe et Saint Michel, le bas-relief du tombeau de l’autel (prière au jardin des olives).
Le tableau du maître-autel fut peint en 1763 par Pignol, peintre espagnol. Il représente Saint Gras et Saint Blaise, évêques, protecteurs des récoltes ; Saint Michel et Sainte Barbe, patrons de la paroisse.

L’autel de Saint Joseph fut construit en 1861 par Gilardi. Il remplace un autel dédié à Notre-Dame du Rosaire sous le vocable de Notre Dame des Carmes.
L’autel de la Sainte Vierge fut construit en 1856. Il remplace un autel dédié à Notre-Dame du Rosaire.



Les peintures actuelles de l’église, ainsi que les portes, sont de 1878.
Les fonts baptismaux en marbre sont un don des frères Alexandre, François et Jacques Ravoire, feu Amédée, en 1880. L’escalier en fer de la tribune fut posé également en 1880. La sacristie a été construite sur l’emplacement du cimetière en 1888.
La statue du Sacré-Cœur fut achetée en 1886, celle de Saint François d’Assise et de Saint Antoine en 1896.
L’harmonium fut acheté en 1894 par Rd Rochu, curé de la paroisse.
Le cimetière fut aménagé en 1869. Anciennement il se trouvait autour de l’église.

 et son inscription  « L’heure fuit »Le cadran solaire

Reliques se trouvant à l’église paroissiale de Montpascal :
Depuis 1733, 28 juillet : os de Saint Blaise, évêque et martyr.
1733, 23 octobre : os de Saint Gaudence, martyr, de Saint Fauste, martyr ; de Saint Magne, martyr, et de Saint Colomban, martyr.
1734, 7 octobre : reliques de Sainte Barbe, vierge et martyre.
1737, 12 juin : reliques de Saint François de Sales, évêque.
1740, 20 août, reliques de Saint Benoît, abbé.
1743, 19 janvier : reliques de Saint Joseph de Lionis, conf.
1756 : Saint Philippe Beniti, confesseur.
1757 : Saint Gabriel Ferreti, confesseur.
1761 : Saints Benoît, Veneconde.
1777, 24 septembre : reliques de Saint Dieudonné, Sainte Prisqua, Saint Macaire, Saint Théodore martyr, Saint Chaste, martyr, Saint Gras, Saint Félix, Saint Léon, Saint Vincent, Saint Severin, Saint Placide, Saint Justin »... .



Le clocher

…« La plus ancienne de nos cloches (petite) date de 1558. Elle porte les inscriptions : Jésus-Maria – M (ater) X (ti). Les figurines du Christ en croix, de Saint Michel et d’un évêque.

En 1750, Jean-Baptiste, maître-chaudronnier de la vallée du Pont en Piémont, et habitant de la cité de Maurienne, vend à Hugues Montaz-Rosset, syndic, et à Remy Durieux, conseiller un quintal et sept livres de vieux cuivre pour le prix de cent trente-neuf livres quatre sols, devant servir à refaire une cloche cassée. Prix fait est donné le 15 à Barthelemy Arnaud, maître-fondeur de cloches à Saint-Jean. Celui-ci accepte de faire à neuf et fondre la grosse cloche de Montpascal qui est cassée, pour laquelle outre son poids actuel lui sera fourni deux quintaux de cuivre et en étain et fournira en outre lui-même quarante livres de son métal. Il promet de la faire dans le délai de deux mois ; Les conseillers promettent de lui payer 80 livres et de lui fournir en outre les matériaux nécessaires, un ouvrier pour l’aider, de lui faire construire le fourneau nécessaire et, enfin, de lui payer le métal qu’il fournira vingt-huit sols la livre. Au cas où Arnaud viendrait « à manquer la dite cloche », il sera tenu de la refaire et la rendre parfaite à ses frais.

La cloche fut faite telle qu’elle se trouve encore actuellement au clocher de Montpascal (cette cloche s’est fêlée le jour de l’Epiphanie 1945 et a été refondue par M. Paccard à Annecy)…

l'Angélus

la grosse cloche

La cloche côté Ouest porte les inscriptions : Sainte Brigitte, priez pour nous ; Rd Michel Michel, curé – Rd Joseph Ravoire, curé de Saint-André, parrain et Benoîte Roux, née Bonnivard, marraine – 1759 – B. Arnaud (Fecit).
En 1870, le 14 juin, eut lieu la bénédiction de la plus grosse de nos cloches par Rd Albrieux, chanoine et grand vicaire, délégué par Monseigneur. Parrain : M. le Grand Vicaire ; marraine : Albrieux, feu Michel, guérie par l’intervention de Notre-Dame de la Salette. Elle a le ton de Si bé-mol. Elle porte le nom de Marie parce qu’elle est dédiée à la Sainte Vierge. Elle pèse 381 kg et a coûté 927 fr.25. Elle remplace une ancienne cloche cassée. Le fondeur est Paccard, à Annecy.

cloche l'assemblée Montpascal

la petite cloche

L’horloge fut achetée en 1905, chez Georges Vuillermet, horloger de la ville de Saint-Jean-de-Maurienne, pour le prix de 1100 francs. Vuillermet s’engage à garantir vingt ans l’horloge posée par lui au clocher de la commune de Montpascal, de tout défaut de construction. L’horloge fut placée au clocher le 10 mai »… . Cette horloge qui a été électrifiée en 1999 est toujours en mouvement aujourd’hui.